Tribunes
  • Le flex office oui, mais à certaines conditions

Le flex office oui, mais à certaines conditions

 Renaud Ghia Tixeo

Tribune de Renaud Ghia, Président de Tixeo

Le travail hybride est là pour rester, selon la nouvelle enquête mondiale GlobalData. L'enquête, publiée en juillet 2022, a examiné 4 400 nouvelles offres d'emploi et révèle que le nombre de postes ouverts, annonçant du travail hybride, a augmenté de 31 % au deuxième trimestre 2022. La réponse au travail hybride ces dernières années a été de développer le flex office, ce mode de travail qui consiste à ne plus avoir de bureau attitré et à changer d'espace de travail en fonction de ses missions quotidiennes et contraintes professionnelles ou personnelles. 59 % des entreprises interrogées par JLL en octobre dernier se disaient prêtes à adopter le flex office ou à l'intensifier. Mais cette organisation nécessite un accompagnement et une certaine agilité afin de gagner en productivité et d'attirer et retenir les talents à l'avenir.

La Digital Workplace, indispensable pour adopter le flex office

Au-delà d'un simple ordinateur, d'une connexion Internet et d'un téléphone comme nous pouvions le voir dans les bureaux traditionnels, les nouvelles méthodes de travail hybrides nécessitent de développer un véritable lieu de travail numérique ou « Digital Workplace » dans lequel les collaborateurs peuvent se retrouver et échanger qu'importe l'endroit où ils se trouvent.

A l'ère du télétravail et des « nomades numériques » (ou « digital nomads ») dans laquelle les salariés sont rarement tous au même endroit au même moment, il est crucial de disposer d'un bureau physique et virtuel afin de maintenir une cohésion d'équipe.

De nombreux défis restent à relever

L'objectif du flex office est de réaménager le bureau physique et de le repenser comme un lieu favorisant les moments de brainstorming et de travail collaboratif. Le flex office ne doit cependant pas se limiter à accueillir les salariés dans moins de mètres carrés et de leur laisser des bureaux à disposition dans un open-space froid et impersonnel, les entreprises doivent totalement repenser les espaces de travail physiques en parallèle de la Digital Workplace, en imaginant des lieux de rencontre qui favorisent l'inspiration, l'échange avec des lieux ouverts, fermés, des espaces fixes et d'autres modulables.

La souplesse et la connectivité sont des axes majeurs du réaménagement des bureaux afin de fluidifier les échanges. L'accompagnement des collaborateurs dans les bonnes pratiques du flex office (horaires et lieux de travail, installation, matériel et outils numériques, sécurisation des communications…) est donc nécessaire, tout comme le fait de maintenir une excellente communication tout en respectant l'intimité des collaborateurs

Le flex office demande beaucoup de vigilance de la part des dirigeants pour éviter à la fois l'isolement des salariés et garantir la sécurisation des données sensibles, l'hygiène des espaces de travail partagés et le maintien de la qualité de travail et de concentration au bureau. L'épanouissement du collaborateur et la cohésion d'équipe doivent rester au centre de l'attention des entreprises quelle que soit la méthode de travail mise en place car elles sont les conditions essentielles à la réussite de tous.

 Renaud Ghia Tixeo
Publié le
Il y'a 1 mois
Changed
Il y'a 1 mois