Les 5 idées reçues sur la crypto-monnaie

cryptocurrency

Le marché des crypto-monnaies est volatil : vrai

Depuis l’éclatement de la bulle en 2018, le marché s’est très peu rationnalisé et stabilisé. Il reste aujourd’hui à la marge de l’adoption de masse, largement alimenté par des spéculateurs. Même si de plus en plus de nouvelles réglementations se dessinent, la meilleure façon d'évaluer un token reste de parier sur son cas d'utilisation future, son adoption et à son attractivité.

Le bitcoin est la seule crypto-monnaie dans laquelle investir : vrai & faux

Populaire et sur toutes les lèvres, le Bitcoin a été introduit pour la première fois en 2009 par Satoshi Nakamoto. Elle bénéficie d’un engouement médiatique de par son historique. Pour autant, d’autres monnaies virtuelles sont apparues au fil des années : l’Ethereum par exemple a su se faire une place de choix, largement plébiscité dans le cadre de projets ICO. Pionnier dans les smarts contracts, l’Ethereum a sa propre machine virtuelle et représente le plus grand système informatique au monde.

Aujourd’hui Il existe plus de 2 000 crypto-monnaies différentes, cependant le Bitcoin est la seule monnaie digitale qui offre une véritable résilience et stabilité, davantage plébiscitée par des institutionnels.

Investir dans la crypto-monnaie m’expose à un risque élevé de cybersécurité : faux

Comme toute technologie, la crypto-monnaie est exposée aux cyberattaques. Ainsi, Les investisseurs ou utilisateurs de ces réseaux doivent apprendre à sécuriser leurs informations et être attentifs aux différentes mesures de protections. Investir dans la crypto-monnaie n’expose pas plus à des risques de cybersécurité que d’utiliser internet de façon récréative. Là où les négligences peuvent avoir peu d’impact, du fait de l’irréversibilité des transactions en crypto-monnaies, les conséquences des vols ou piratages peuvent être plus graves (ordinateur infecté, un vol de numéro de carte bleu, etc.).

Les utilisateurs sont souvent ciblés par de fausses plateformes : vrai & faux

De nombreuses arnaques ont eu lieu sur la crypto-sphère, notamment avec l’envol du Bitcoin ces dernières semaines. Cependant « prudence est mère de sureté » : avant tout investissement, il est indispensable d’être à jour sur les atouts et limites de chaque crypto-monnaie et de se renseigner sur les sites reconnus. Charge aux potentiels investisseurs de vérifier auprès de l’AMF, chargée de réguler les « biens divers » (diamants, terres rares, mais aussi les crypto-actifs), si l’intermédiaire y est bien référencé sur le registre disponible en ligne.

La crypto-monnaie est énergivore : vrai & faux

Plusieurs études ont révélé ces dernières semaines que les crypto-monnaies utilisant le protocole Proof-of-Work comme celui du Bitcoin pouvait s’avérer être un gouffre énergétique. L'activité de « minage », liée à ce protocole, demande en effet une grande quantité d'électricité pour faire fonctionner le réseau. Cependant, de plus en plus de fermes de minage se localisent près des barrages hydrauliques qui, en plus de générer de l’énergie renouvelable, n’ont pas la capacité de stocker le surplus produit. Ainsi, ces sociétés de minages captent l’excédent d’énergie produite tout en bénéficiant d’une énergie bon marché. Par ailleurs, de nouveaux protocoles ont été développé dans l’optique d’utiliser qu’une très faible part énergétique pour faire fonctionner le réseau, comme par exemple le « Proof-of-Stack » ou le « Proof-of-Authority ». Ainsi, ces nouvelles procédures font de l’industrie de la blockchain une industrie à l’emprunte énergétique beaucoup plus efficiente que celle du secteur bancaire.

Domaine