La crise du COVID-19 renforce la nécessité de combler les fractures numériques, selon l’OCDE

Publié le
Image
OCDE

L’amélioration de l’accès à l’internet et des compétences numériques a aidé de nombreux pays à affronter la crise sanitaire et économique provoquée par la pandémie de COVID-19. Dans le même temps, la crise a mis en évidence la nécessité d’aller plus loin dans la transition numérique et de combler les fractures numériques, faute de quoi un certain nombre d’individus et d’entreprises pourraient éprouver plus de difficultés que d’autres dans le monde de l’après-COVID. Tel est le constat d’une nouvelle étude de l’OCDE.

Alors que certains fournisseurs d’accès à l’internet font état d’une hausse du trafic de 60 % depuis le début de la pandémie – des pans entiers de la vie privée et professionnelle ayant basculé vers le cyberenvironnement –, la nouvelle édition des Perspectives de l’économie numérique de l’OCDE met en lumière les disparités d’accès à un internet rapide et fiable entre les pays et en leur sein. Par exemple, dans la zone OCDE, la part de la fibre dans les abonnements au haut débit fixe atteint 82 % en Corée et 79 % au Japon, mais est inférieure à 5 % en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Grèce, en Israël et au Royaume-Uni, et le très haut débit reste souvent rare en zone rurale. Les pays de l’OCDE comptent environ deux fois plus d’abonnements à l’internet haut débit mobile par habitant et trois fois plus d’abonnements au haut débit fixe que les pays non membres.

« Les technologies numériques ont aidé nos économies et nos sociétés à éviter un arrêt complet pendant la crise du COVID-19, et nous ont permis d'en savoir plus sur le virus, d'accélérer la recherche d'un vaccin et de suivre l'évolution de la pandémie », a déclaré Ulrik Vestergaard Knudsen, Secrétaire général adjoint de l’OCDE, lors de la visioconférence de lancement de l’étude. « Mais la crise a également renforcé notre dépendance à l’égard des technologies numériques et révélé au grand jour les disparités numériques entre les pays et en leur sein. Nous arrivons à une étape charnière de la transformation numérique, et le visage de nos économies et de nos sociétés post-COVID dépendra des progrès que nous parviendrons à réaliser et de notre capacité à réduire les clivages. »

La transformation numérique s’accélérait déjà avant la crise du COVID-19, un nombre croissant de pays ayant placé les stratégies numériques au cœur de leurs programmes d’action. L’essor de la demande de services de communication gourmands en bande passante pour le commerce électronique, le télétravail, les activités sociales en ligne et le renforcement de la collaboration transfrontière des pouvoirs publics et des universitaires devraient lui donner une impulsion supplémentaire. Sans compter que la dépendance actuelle à l’égard des solutions numériques a ajouté un caractère d’urgence aux préoccupations liées à la protection de la vie privée et la sécurité, en créant un environnement propice aux cybercriminels.

L’utilisation moyenne de données mobiles par abonnement dans les pays de l’OCDE a déjà quadruplé sur quatre ans jusqu’en juin 2019, et les prix des abonnements haut débit mobile assortis d’un niveau d’utilisation élevé ont chuté de 59 % au cours de la période 2013-19, selon l’étude, qui s’appuie sur les données du Portail de l’OCDE sur le haut débit, mis à jour régulièrement. En juin 2020, des services commerciaux 5G étaient disponibles dans 22 pays de l’OCDE.

OCDE La crise du COVID-19 renforce la nécessité de combler les fractures numériques

 

Les économies de la zone OCDE comptaient 113 abonnements à l’internet haut débit mobile pour 100 habitants en juin 2019, contre 32 dix ans plus tôt, tandis que les pays non membres affichaient 60 abonnements de ce type pour 100 habitants.

On dénombre par ailleurs 32 abonnements au haut débit fixe pour 100 habitants dans les pays de l’OCDE (plus du triple des niveaux observés dans les pays non membres, dont la moyenne s’établit à 9 pour 100 habitants) ; la fibre représente 27 % des abonnements. Des écarts demeurent entre les ménages ruraux et urbains en termes de qualité de connexion au haut débit fixe.

En 2019, soit avant la pandémie, seul un quart des entreprises de la zone OCDE employant plus de 10 salariés pratiquaient le commerce électronique ; un tiers des entreprises faisaient appel à des services infonuagiques et plus de la moitié étaient présentes sur les médias sociaux. En 2019, 58 % des individus utilisaient les services d’administration électronique, contre 43 % en 2010.

La part des adultes utilisant l’internet dépasse 95 % dans certains pays de l’OCDE, alors qu’elle est inférieure à 70 % dans d’autres. L’examen des écarts d’accès à l’internet et d’utilisation selon l’âge ou le niveau de revenu fait apparaître des inégalités en termes d’accès aux informations et aux services publics, pourtant essentiel en cas de pandémie.

Si à l’avenir les emplois, l’éducation, la santé, voire les interactions sociales viennent à dépendre des technologies numériques, l’incapacité de garantir un accès généralisé au numérique risque d’avoir pour effet de creuser les inégalités et de contrecarrer les efforts déployés par les pays pour sortir renforcés de la pandémie, souligne l’étude.

Les pouvoirs publics peuvent accélérer le déploiement du haut débit en promouvant l’investissement privé et la concurrence, en encourageant le partage des infrastructures et en fixant des niveaux minimums de couverture des zones rurales dans les enchères d’attribution du spectre. Pour répondre à l’essor actuel de la demande de connectivité, l’étude préconise un certain nombre de mesures, notamment : libérer temporairement des fréquences supplémentaires ou approuver les transactions commerciales permettant d’exploiter des bandes de fréquences non utilisées, renforcer les capacités d’interconnexion entre les réseaux, ou encore trouver des solutions pour encourager les fournisseurs d’accès haut débit à déployer plus avant la fibre dans les réseaux.

Télécharger l’étude intégrale (en anglais) :  OECD Digital Economy Outlook 2020

Télécharger une synthèse de 10 pages (en anglais) : Digital Transformation in the Age of COVID-19

Consulter les autres travaux de l’OCDE dans le domaine de l’économie numérique

Rubriques

Domaine