Solutions
  • 40% des salariés estiment que le rôle du manager doit être plus dans le coaching

40% des salariés estiment que le rôle du manager doit être plus dans le coaching

Les conseils de David Laroche, expert coach reconnu à l’international

Les initiatives de LeHibou, start-up du « future of work » en hyper-croissance

La posture du manager coach s’est progressivement imposée au sein des organisations souhaitant mieux écouter et accompagner leurs équipes. Cette pratique n’a jamais été autant nécessaire alors que la crise sanitaire a bouleversé durablement nos conditions mais aussi notre vision du travail. Cependant, être un véritable manager coach ne s’improvise pas et nécessite de suivre des formations spécifiques.

David Laroche, entrepreneur et conférencier reconnu à la tête de Paradox, a su s’imposer en quelques années comme une référence sur le marché du coaching à destination des professionnels comme des particuliers, en France et à l’international. Les sociétés sont demandeuses de cette expertise - comme LeHibou, plateforme d'intermédiation entre freelances IT et grandes entreprises à succès (+106% de chiffre d’affaires en 2021) - qui souhaitent assurer le bien-être de leurs collaborateurs, donner du sens à leurs missions et maintenir leur motivation.

25% des managers surestiment leurs compétences en matière de coaching[2]

Concept issu du sport, le coaching s’est fortement démocratisé dans les années 90 dans le domaine personnel mais aussi professionnel. Dans le cadre de l’entreprise, on parle d’un manager coach dont l’objectif est de développer chez ses collaborateurs l'autonomie et le sens des responsabilités. Plutôt que de dicter à son collaborateur comment faire les choses, le manager coach l’incite à trouver lui-même la solution, créant ainsi un meilleur engagement et une plus grande confiance en soi. Le manager coach évite de créer une dépendance envers lui, et permet en même temps d’augmenter la productivité, la créativité, l’engagement et la cohésion d’équipe.

Cependant, comme l’indique une étude de 2021 de la Harvard Business Review, un quart des managers coach surestiment leurs compétences en matière de coaching, en le confondant souvent avec le consulting. Le risque est alors grand pour le collaborateur qui peut recevoir des indications délétères pour son moral. Il s’agit donc d’un métier à part entière qui nécessite une formation rigoureuse, comme peut en proposer David Laroche, via son entreprise Paradox, où ils forment des dirigeants d’entreprise aux outils du manager coach. Ainsi, il est notamment nécessaire de maîtriser différentes techniques et outils (le questionnement stratégique, l’écoute active, la définition des OKRs, le recadrage de croyances, le protocole O.R.C.A.) et de comprendre les enjeux du coaching.

Développer une culture de l’apprentissage est essentiel : une étude a montré que former un manager pendant 15 heures pour lui apprendre les rudiments de la posture de manager coach suffit pour augmenter de 40% l’efficacité des coachings qu’il va ensuite prodiguer. Un investissement gagnant, comme l’a montré une étude de Google, nommée le projet Oxygène. Ce projet a consisté en l’analyse des facteurs communs des « top managers » des plus grandes entreprises. Parmi les dix comportements repérés, Google souligne l’importance « d’être un bon coach ».

« L’objectif principal du manager coach est de permettre à ses collaborateurs d’aligner leurs besoins organisationnels sur leurs objectifs individuels. Cet accompagnement est d’autant plus important en cette période de travail à distance où les liens se sont distendus, et pour les Millenials qui cherchent plus que jamais du sens dans leur métier »

 David Laroche, Fondateur et Président de Paradox
    

Parmi les autres conseils, David Laroche, explique qu’ils forment les managers au fait de rester attentif aux signaux faibles des collaborateurs, tels que des changements d’attitude. Ces contrastes dans le comportement, tel qu’arriver en retard de manière régulière et inhabituelle, peuvent témoigner d’un mal-être plus profond. Le manager coach doit donc identifier le vrai problème en exposant la situation de manière factuelle et ouverte pour éviter les malentendus. Un feedback régulier est un élément clé dans le processus.

LeHibou : des initiatives RH innovantes pour une start-up qui place l’humain au centre

Lancée en janvier 2016 par Christophe de Becdelievre, LeHibou est une plateforme qui met en relation des freelances IT experts dans leur domaine (Direction de projets, Data, Management de Transition, Cloud, Sécurité…) avec des grandes entreprises. Ses chiffres témoignent de son succès : l’entreprise compte aujourd’hui 50 collaborateurs et fédère 60 000 consultants indépendants sur la plateforme. En pleine croissance, LeHibou recrute 30 personnes dans ses bureaux à Boulogne-Billancourt, Bordeaux, Nantes, Lyon (récemment inauguré), Toulouse mais aussi à l’Ile Maurice.

Parce que M. de Becdelievre a toujours voulu placer l’humain au centre, son premier recrutement fut celui de sa Directrice des Ressources Humaines, Audrey Dufrenne. Depuis lors, la société et plus précisément les RH n’ont de cesse de vouloir satisfaire les collaborateurs au quotidien. Pour ce faire, une école en interne a été créé, LeHibou Académie, ainsi qu’une plateforme d’accompagnement à l’onboarding (intégration), WikiLeHibou.

Les collaborateurs ont été mis à contribution pour partager leur expertise à travers des vidéos explicatives, en se filmant eux-mêmes. Un procédé à l’impact positif double, puisqu’il améliore l’engagement des salariés existants, et soutient l’arrivée des nouveaux. La Direction des Ressources Humaines, ayant parfaitement conscience de la nécessité de fédérer les collaborateurs, souhaite aller encore plus loin en formant les managers pour qu’ils puissent devenir de véritables « coachs », en suivant notamment la définition de David Laroche.

     « Les 3 premières semaines d’intégration étaient top, je n’avais jamais vécu un tel onboarding avant ! »

Chloé Pacini, Business Developer, chez LeHibou depuis janvier 2022

« J’ai tout de suite senti le contact bienveillant de chacun en arrivant chez LeHibou »

Thomas Ducret, VPSales, chez LeHibou depuis juin 2020

 

Les résultats de cette politique RH engagée sont positifs, puisque le turnover 2022 est très faible (0,34 soit une démission sur l’année) et les premiers résultats de l’enquête menée par ChooseMyCompany soulignent la satisfaction des équipes. Ainsi, près de 82% des sondés estiment que le développement professionnel est un axe RH important pour la société.


 

Publié le
Il y'a 2 mois
Changed
Il y'a 2 mois