Time to read
3 minutes
Read so far

Étude : Près de neuf employés sur dix (89 %) seraient prêts à accepter une baisse de salaire si leur employeur les laissait choisir leur appareil de travail.

dim 26/09/2021 - 11:04
Image
 computer

Malgré le pouvoir de recrutement et de fidélisation des initiatives de choix technologique, seules 40 % des organisations le proposent.

PARIS – 23 septembre 2021 – Jamf (NASDAQ : JAMF), l'expert en Apple Enterprise Management, dévoile les résultats d'une enquête mondiale indépendante, menée par Vanson Bourne, auprès de 2 000 employés et 500 décideurs informatiques (ITDM) sur l'importance du choix des employés et l'avenir du travail. Elles révèlent notamment que 87% des personnes interrogées déclarent que le choix de leur propre matériel de travail était important pour elles, à tel point que 89% des personnes interrogées indiquent qu'elles seraient prêtes à sacrifier une partie de leur salaire pour cela.


 
« L'expérience des employés est plus que jamais impactée par la technologie qu'ils utilisent », déclare Dean Hager, PDG de Jamf. « Donner aux employés le choix de la technologie sur laquelle ils travaillent a une valeur incroyable, non seulement pour les travailleurs, mais aussi pour leurs entreprises. La mise en place d'un programme de choix avec les bons partenaires technologiques peut aider les employeurs à attirer et à retenir les talents, tout en stimulant la créativité et la productivité des employés »


Le choix des employés peut aider les employeurs à attirer et à retenir les talents en période d'exode massif
 

Selon une autre étude récente de Microsoft, plus de 40 % des salariés envisagent de quitter leur emploi en 2021.
 
Dans l'étude menée par Vanson Bourne et Jamf, 70 % des personnes interrogées déclarent qu'elles seraient plus susceptibles de rejoindre une entreprise, et 75 % qu'elles seraient plus susceptibles de rester dans une entreprise, si elles pouvaient choisir leurs propres appareils. Plus de neuf répondants sur dix (91 %) signalent les avantages d'un programme de choix des employés, notamment une productivité accrue, la positivité et un sentiment de valorisation. Deux tiers (66 %) des répondants déclarent que le fait d'être contraint d'utiliser un appareil qu'ils n'ont pas choisi aurait un impact négatif sur leur perception de l'entreprise.
 
Mais le choix des employés reste plus une opportunité qu'une réalité pour de nombreuses entreprises. Malgré les fortes incitations à laisser les employés choisir leur propre appareil de travail, seulement 40% des personnes interrogées déclarent que leur entreprise offre ce choix. Les principaux défis signalés par les responsables des technologies de l'information et de la communication (DTI) pour offrir le choix aux employés comprennent la difficulté de gérer efficacement différents ordinateurs portables (41 %), la prise en charge de différents systèmes d'exploitation (39 %), le temps (38 %) et le coût (37 %) associés à l'offre d'ensembles technologiques de travail individualisés.
 

ZOOM FRANCE

 
1.         Près de neuf répondants sur dix (87%) en France déclarent qu'il est important d'utiliser l'appareil de leur choix au travail.
2.         Soulignant l'importance du choix de l'employé pour les personnes interrogées en France, près de sept personnes sur dix (67%) conviennent qu'elles sont plus susceptibles de rejoindre une entreprise si elles ont la possibilité de choisir leurs propres appareils.
3.         Si l'on se concentre sur la fidélisation des employés, ces thèmes demeurent puisque 73% des personnes interrogées en France déclarent qu'elles sont plus susceptibles de rester dans une entreprise si elles peuvent choisir leurs propres appareils.
4.         Si l'on réfléchit aux sacrifices salariaux qui pourraient être faits pour s'assurer qu'ils puissent choisir l'appareil de leur choix au travail, 81% des personnes interrogées en France seraient prêtes à faire un sacrifice.
5.         Converties en valeur monétaire, les personnes interrogées en France sont prêtes à renoncer, en moyenne, à 70 € de leur salaire.
6.         Les utilisateurs d'Apple en France déclarent le plus souvent que la technologie Apple les fait se sentir efficaces (56 %).

 

Proposer Apple peut aider les entreprises à se préparer à l'avenir du travail
 

Les entreprises du monde entier s'efforcent de préparer l'avenir de leur lieu de travail pour répondre à la fois aux demandes des employés à distance et à la flexibilité future du travail hybride. À l'horizon 2022 et au-delà, près des deux tiers (62 %) des employés déclarent qu'ils travailleront à la fois à domicile et au bureau, et près de la moitié (47 %) prévoient de continuer à le faire jusqu'en 2025.
 
En ce qui concerne la technologie utilisée au travail, les employés recherchent des attributs spécifiques, notamment, le plus souvent, les performances/la vitesse, les systèmes d'exploitation et l'autonomie de la batterie.
 
En outre, parmi les employés interrogés qui utilisent uniquement un appareil Apple au travail, 65 % ont déjà utilisé un appareil non Apple dans le cadre de leur travail. Lorsque l'on compare l'expérience des utilisateurs d'appareils Apple avec celle des utilisateurs d'appareils non-Apple au travail, on constate que l'expérience est bien meilleure avec les premiers.

Par exemple, ces personnes ont fait état d'une amélioration de leur productivité (87 %), de leur autonomie (87 %) et de leur créativité (86 %) lorsqu'elles utilisaient des appareils Apple.
 
Mais la pandémie n'a pas seulement eu un impact sur la façon dont les employés utilisent leurs appareils. Plus de la moitié (55 %) des DSII ont signalé moins de problèmes de gestion des appareils Apple que des appareils non-Apple. Cette étude a également révélé que plus de la moitié (58 %) des responsables des technologies de l'information et de la communication (DTI) considèrent que les appareils Apple sont plus faciles à sécuriser, contre 42 % des DTI pour les appareils non-Apple.
 
Pour accéder à une copie du rapport, visitez le lien.
 
Méthodologie de l'enquête :
Cette enquête a été réalisée à l'été 2021 par Vanson Bourne et commandée par Jamf. Au total, 2 000 employés d'entreprises aux États-Unis (400), au Royaume-Uni (300), en France (300), en Allemagne (300), aux Pays-Bas (100), au Japon (200), en Australie (150), au Mexique (100) et en Inde (150) ont été interrogés. Les personnes interrogées devaient appartenir à des organisations comptant au moins 100 employés, tant dans le secteur privé que dans le secteur public.
 
En outre, 500 décideurs informatiques mondiaux (ITDM) des secteurs public et privé aux États-Unis (200), au Royaume-Uni (100), en France (100) et en Allemagne (100), issus d'organisations comptant au moins 1 000 employés, ont été interrogés.
 
Les entretiens ont été menés en ligne et ont fait l'objet d'une sélection rigoureuse à plusieurs niveaux afin de s'assurer que seuls les candidats appropriés avaient la possibilité de participer. Sauf indication contraire, les résultats discutés sont basés sur l'échantillon total.
 

Rubriques

Domaine

societes

Publié le