Tribunes
  • Trois conseils de leadership pour décrocher la Coupe du monde

Trois conseils de leadership pour décrocher la Coupe du monde

Trois conseils de leadership pour décrocher la Coupe du monde

Écoutez attentivement, Didier Deschamps… Hogan Assessments a étudié comment un leadership efficace peut avoir une incidence sur le succès de l’équipe de football nationale

Paris, le 18 Novembre 2022 : Brésil, Italie, Espagne, Allemagne et France... Les champions du monde de foot de ce siècle ont tous un dénominateur commun : un leadership efficace. Avec coup d’envoi imminent au Qatar de la Coupe du monde 2022, la performance des individus, des équipes et des entraîneurs sera de nouveau examinée à la loupe par les fans et les professionnels de l’audiovisuel.

Contrairement à un grand nombre de leaders, les entraîneurs de foot sont très en vue : pour pouvoir rester en poste, on attend d’eux qu’ils remportent des victoires. Dans cette optique, les spécialistes de Hogan Assessments – leader mondial des évaluations de personnalité en milieu professionnel et de développement du leadership – ont identifié trois astuces de leadership afin de mener l’équipe nationale à la victoire.

Astuce n° 1 : le leadership, c’est bâtir et conserver une équipe très performante, et non obtenir des résultats individuels

Le leadership sportif ne revient pas à gravir les échelons d’une organisation. Il s’agit de faire en sorte qu’une équipe opère au plus haut niveau possible pour triompher de ses adversaires. Le football en particulier fait reposer la responsabilité du succès sur les épaules de l’entraîneur. Or, une équipe se définit par un leadership et des objectifs communs, et par le partage d’une victoire ou d’une défaite. Par conséquent, les actions d’un individu affectent souvent les résultats de tous. Selon Didier Deschamps, entraîneur de l’équipe de France, « Au-delà de la qualité et du talent, il y a deux aspects importants : celui de la notion de groupe et de l’état d’esprit. »

Un entraîneur à succès doit pouvoir coordonner les efforts de ses joueurs et encourager les membres de l’équipe à dépendre les uns des autres pour en assurer la réussite. « L’entraîneur doit prendre son équipe sous son aile et savoir subvenir aux besoins de chaque joueur, qu’il s’agisse de compétences ou de talents, pour conserver une position gagnante. Il est également essentiel qu’il saisisse bien son rôle de leader », explique Ryne Sherman, docteur et directeur scientifique chez Hogan Assessments.

Astuce n° 2 : comprendre la personnalité des joueurs peut aider l’entraîneur à prendre des décisions stratégiques plus avisées

Pour créer une stratégie de match efficace, l’entraîneur doit tenir compte de l’aspect humain de l’équipe et de ses joueurs. En matière de personnalité, les athlètes d’élites sont des individus compétitifs, assidus, organisés et motivés par leurs objectifs. Ces caractéristiques exercent un rôle important dans les décisions prises par les joueurs pendant un match. À cet égard, Gareth Southgate, ancien joueur et entraîneur de l’équipe d’Angleterre depuis 2016, a commenté :

« Il est important de reconnaître que chaque joueur possède ses propres caractéristiques et une personnalité bien à lui. Ils réagissent tous à des choses différentes. »

Dans le football, la personnalité et l’esprit d’équipe sont particulièrement importants au moment où l’entraîneur doit faire des changements dans son équipe.

« Ces situations montrent clairement la complexité du leadership dans le sport, domaine où la performance à elle seule ne peut pas être le critère déterminant. La personnalité, surtout dans des contextes défavorables, peut également se révéler un facteur crucial dans le processus de prise de décisions », ajoute Sherman.

Astuce n° 3 : en sachant comment il est perçu par autrui, l’entraîneur peut grandir et développer son leadership

Pep Guardiola, entraîneur de Manchester City, a commenté sur ce qui, selon lui, fait un bon entraîneur. « Qu’est-ce qui caractérise un bon entraîneur ? C’est ce que les joueurs diront de lui quand tout sera terminé. », déclare-t-il. Les joueurs d’une équipe répondent aux décisions de leur entraîneur. La décision prise par Zlatko Dalić, entraîneur croate qui a mené pour la toute première fois l’équipe nationale en finale de la Coupe du monde de 2018, est un exemple relativement récent, et assez radical, qui illustre bien ce point. Après que Nikola Kalinić a refusé d’entrer en jeu lors du match contre le Nigeria, Dalić l’exclut de l’équipe. Cette décision difficile a démontré le leadership de l’entraîneur.

En comprenant mieux comment il est perçu par ses joueurs et par d’autres personnalités de l’univers sportif, l’entraîneur peut identifier des aspects de lui-même et de sa pédagogie à améliorer. Par la suite, cette prise de conscience de soi l’aidera à avancer, dans sa vie personnelle et professionnelle.

Sherman a par ailleurs récapitulé la manière dont les évaluations de personnalité peuvent aussi aider les sportifs professionnels à évoluer dans leur carrière.

« Chez Hogan, nous aidons les leaders d’un grand nombre de professions à connaître leurs forces et faiblesses, pour identifier des possibilités de développement spécifiques. Cette prise de conscience de soi stratégique peut aider les leaders à grandir au sein de leurs fonctions et à déterminer avec exactitude ce dont leurs équipes ont besoin pour s’épanouir. »

Trois conseils de leadership pour décrocher la Coupe du monde
Publié le
Il y'a 4 jours
Changed
Il y'a 4 jours